Mes conseils pour commencer le tricot


Le tricot est une activité passionnante qui peut vite vous rendre accro, une fois que vous avez mis le nez dedans. Oui, je parle en connaissance de cause, c'est vrai ! Mais avant d'en arriver là, eh bien il faut APPRENDRE à tricoter ! Et là, c'est une autre paire de manches.
Pour ma part, j'ai appris "toute seule" pendant ma dernière grossesse il y a 2 ans et demi. J'ai ensuite passé le relais à quelques amies qui avaient envie de s'y mettre.

Voici donc quelques conseils pour celles qui auraient envie d'apprendre mais qui ne se sont pas encore lancées !
Le choix du matériel



Inutile d'investir dans des tonnes de matériel pour se lancer. Une paire d'aiguilles, une pelote, et ça suffit largement.


Quelles aiguilles choisir ?
Dans n'importe quel hypermarché, au rayon mercerie, on trouve des aiguilles à tricoter classiques (des aiguilles droites longues). Il faut toutefois savoir qu'il existe une multitude de sortes d'aiguilles à tricoter : des longues,  droites, des aiguilles circulaires (petites aiguilles reliées par un câble), des aiguilles en métal, en plastique, en bois... Et toutes ces aiguilles existent dans des diamètres allant de 2 mm à 10 mm, pour la plupart.
Pour débuter, on utilise souvent de grandes aiguilles droites classiques en métal. Toutefois, si vous connaissez quelqu'un de bien équipé et qui peut vous prêter différentes sortes d'aiguilles, n'hésitez pas à les tester pour voir lesquelles vous conviennent le mieux. Certaines préfèrent le métal car il permet de bien faire glisser les mailles, d'autres au contraire auront tendance à préférer le bois, qui glisse moins, et leur évite ainsi de perdre des mailles en route. La taille des aiguilles a son importance aussi. Moi je déteste tricoter avec les grandes aiguilles droites car je ne sais pas comment les caler sous mon bras, je trouve ça trop encombrant. Je tricote donc avec des aiguilles circulaires (ça ne change pas la façon de tricoter), qui tiennent dans mes mains et peuvent se glisser dans un sac quand on voyage.
Quand vous aurez trouvé chaussure à votre pied, alors vous pourrez investir dans tel ou tel kit d'aiguilles !

En ce qui concerne le diamètre des aiguilles, le mieux est de prendre un diamètre moyen (entre 4 et 6 mm), qui sera le plus maniable.

Quelle laine choisir ?
Il vous faut une pelote de laine qui corresponde au diamètre de vos aiguilles. Une étiquette sur la pelote vous indique, avec un petit pictogramme qui représente des aiguilles et/ou un crochet, le diamètre d'aiguilles idéal.
Je vous conseille de prendre une laine dont le fil est "rond", j'entends par là pas trop fantaisie, car tous les froufrous, tous les "poils", vous compliqueront la tache.  Choisissez donc une laine toute simple, et dans un coloris assez clair. Toutes les tricoteuses seront d'accord pour dire qu'il est absolument pénible de tricoter une laine noire ou très foncée : on a du mal à y distinguer les mailles !
Côté budget, prenez une laine bon marché (on en trouve maintenant dans toutes les Foir'fouille et autres déstocks), car ne nous leurrons pas, vous allez faire des essais, des erreurs, et c'est inutile de saccager une pelote phildar à 6 € les 50 g !

Multiplier les supports d'apprentissage

On apprend tous différemment. Certains comprennent spontanément un schéma, d'autres préféreront une vidéo, certains auront besoin qu'on fasse avec eux "en vrai".  Il existe des tas de livres, de sites webs, de vidéos youtube, qui vous expliquent la marche à suivre. Vous découvrirez qu'il existe aussi plusieurs façons de monter des mailles ou de tricoter tel ou tel point. Bref, google est votre ami !
Pour ma part, je vous recommande les vidéos de Knit Spirit, et le bouqin La Bible du Tricot (Oskar Editions), qui m'ont bien aidée. En revanche, les explications schématisées de Phildar par exemple, pour moi, c'est du chinois !
Le mieux est de vous confronter à un support d'explication, et si vous voyez que vous ne comprenez RIEN, laissez le de côté et cherchez autre chose. Dans tous les cas, rien de tel que d'apprendre avec une personne physique ! Car si une vidéo vous montre comment faire, elle ne corrige pas vos erreurs, hélas !

Confort et concentration !

Pour tricoter, choisissez un endroit confortable. Il est important de ne pas s'asseoir sur un coin de chaise, vous risqueriez d'avoir sacrément mal au dos. Quand on tricote, on contracte les mains, souvent les bras, et on baisse la tête, bref, on a une position qui crée des tensions, alors calez vous bien dans votre fauteuil, si possible!
Est-il nécessaire de dire qu'il vous faudra toute votre concentration ? Ce serait peine perdue de tenter d'apprendre à tricoter entre les devoirs du grand et le biberon du petit, vous vous en doutez!

Premiers projets

Très vite, vous allez avoir envie de créer des choses jolies que vous pourrez porter ou utiliser. Alors pour un premier projet, on oublie l'écharpe ou la couverture! Rien de plus démotivant qu'un projet colossal qui n'avance que lentement et prend des mois à aboutir!
On peut envisager des créations à partir de rectangles pliés en deux : une pochette pour téléphone, des guêtres, un snood si vous utilisez une grosse laine qui monte vite, un béguin de bébé à la forme basique...


Pensez communauté !

Nous sommes à une époque formidable où nous avons accès à une mine d'informations inépuisable! Groupes facebook, forums, blogosphère... On trouve des idées, on échange, on s'entraide... Les cafés-tricots et autres clubs font aussi leur grand retour et n'ont plus rien à voir avec les clubs du troisième âge d'autrefois ! Celui que je fréquente par exemple a une moyenne d'âge assez jeune, avec une majorité de personnes entre 20 et 40 ans, mais aussi des petites filles qui ont envie d'apprendre! C'est convivial, et c'est un véritable lieu d'échange ! Idéal si vous voulez avoir des conseils, vous inspirer, vous faire aider sur un blocage...


Ce qu'il ne faut pas faire...
Je terminerai avec une petite note d'humour ! Eh oui, quand vous aurez rejoint le clan des tricoteuses, il y aura tout un tas de choses à ne pas faire que vous ferez quand même, comme nous toutes ! Par exemple :

Commencer 5 projets à la fois et être sur le même pull inachevé depuis 3 hivers.
Du coup, finir la brassière taille 6 mois commencée pendant votre grossesse alors que votre fille a désormais 2 ans.
Acheter de la laine sans cesse (oui mais c'était en promo!) et avoir des tiroirs et des paniers qui débordent.
Râler parce que vous avez perdu vos ciseaux/aiguilles/crochets/marqueurs de rang... et tout retrouver entre les coussins du canapé quand vous faites le ménage.
Faire une couverture pour écouler vos chutes de laines et racheter des pelotes neuves pour la compléter.
Tricoter avec entrain la première manche d'un pull qui prend forme et avoir la flemme des mois durant de tricoter la DEUXIÈME manche ! Le syndrome de la deuxième manche marche aussi pour le deuxième gant ou la deuxième chaussette...
Accepter les commandes de tricots des uns et des autres et ne jamais avoir le temps de tricoter pour vous mêmes !

Sur ce, je vous souhaite de belles soirées mémères : canapé / tricot / tisane / chat qui ronronne !
Comment ça, c'est un peu cliché ?

Commentaires