Se lancer dans le zéro déchet


Depuis la rentrée de septembre 2015, nous avons entrepris de changer nos habitudes de consomma(c)teurs avec l'objectif précis de réduire nos déchets.
Nous sommes loin d'être les seuls à entreprendre cette démarche, le zéro déchet est "tendance", certes, mais je crois surtout que beaucoup de foyers sont inquiets face à l'état de notre Terre et ont envie d'agir à leur échelle. La fameuse "part du colibri". C'est du moins notre cas. Nous avons conscience de l'urgence écologique actuelle, et du lien indéniable entre les problèmes liés à l'environnement et ceux liés à notre santé.

Quand on se lance dans le zéro déchet (atteindre le "zéro" est d'ailleurs utopique), on se rend vite compte que de nombreux aspects de notre vie quotidienne sont affectés, et ce de façon positive ! Pour jeter moins, il faut acheter moins, acheter différemment, manger différemment, se laver différemment, vivre un petit peu différemment, finalement.

Avant de se lancer
Avant de se lancer à corps perdu dans cette vaste entreprise, je ne peux que vous conseiller quelques lectures et quelques liens à suivre, qui regorgent d'astuces et de bonne initiatives.


  • Il y a Béa Johnson, bien sûr, qu'on peut presque qualifier de "grande prêtresse" du zéro déchet. Elle a fait l'objet de plusieurs reportages TV (c'est d'ailleurs comme ça que je l'ai découverte), et a sorti un livre, Zéro déchet, qui explique sa démarche. 
  • Le site web Zero Waste France est très intéressant car il apporte un éclairage sur le zéro déchet à l'échelle des collectivités.
  • La page facebook Les Chroniques du zéro déchet, créée par 2 journalistes de Nord éclair qui testent le zéro déchet dans le ville de Roubaix
  • Logiquement, le site de Roubaix zéro déchet ! Cette ville est à mon sens exemplaire car elle a proposé une vraie démarche incluant habitants et commerçants. Depuis environ 1 an, le défi familles a permis à des foyers de se lancer dans la démarche et de faire un vrai bilan de ce que le zéro déchet avait changé pour eux. La mayonnaise a l'air de prendre, et ça, c'est génial, non ?
  • Le blog de Zéro déchet family, qui vous présente des exemples concrets à appliquer au quotidien.

Quelques changements clés pour amorcer la transition

Je me base ici sur notre expérience pour vous donner quelques pistes pour vous lancer !
  • Trier, recycler, composter, réutiliser...
Avant même de changer quoi que ce soit à vos habitudes de consommation, il y a des actions simples à mener autour de votre poubelle.
Evidemment, respectez le tri sélectif et soyez au clair avec ce qui se jette dans telle ou telle poubelle. 
Réfléchissez avant de jeter quelque chose : n'y a-t-il pas moyen de le donner, le réutiliser autrement, le revendre ?
Si vous le pouvez, compostez, ou achetez des poules qui mangeront vos déchets organiques! Bien que n'ayant pas de jardin, on s'est mis au compost depuis peu ici. On mets les déchets organiques de côté et on les dépose le week-end chez des proches qui ont un composteur dans le jardin.

  • Acheter autrement
La grande distribution n'est pas franchement compatible avec le zéro déchet : tout y est emballé et suremballé, hélas. . On peut toutefois faire plus attention à ce qu'on achète, en privilégiant les emballages en verre, ou recyclables, et les grands formats. 
En général, quand on essaie de réduire ses déchets, on en arrive à privilégier les achats chez les petits producteurs ou dans les biocop. Bref, tous les endroits où on peut acheter du vrac, où on peut ramener ses propres contenants ou des contenants consignés qui sont réutilisés. 
Ici, on passe régulièrement au supermarché bio, qui propose pas mal de vrac. On commande aussi toutes les semaines nos produits frais à la Ruche qui dit oui. Notre ruche se lance d'ailleurs en ce moment dans le zéro déchet ! Je vous en reparlerai quand les choses seront plus abouties.
Bref, en achetant ailleurs que dans les hypermarchés, on favorise, en plus, les petits producteurs, qui ont bien besoin d'un coup de pouce, et on mange mieux et local !

  • Faire maison
L'une des meilleures façons de diminuer sérieusement les emballages est de faire plus de choses soi-même.
Depuis septembre, nous avons une yaourtière et 16 pots en verre qui nous suffisent à faire un roulement. Fabriquer ses propres yaourts est assez facile, rapide et peu coûteux, ce serait dommage de s'en priver !
On a également investi depuis peu dans une petite machine à pain premier prix qui fait très bien son job ! Pour l'instant, elle me sert surtout à faire des brioches pour les petits déjeuners. 
On peut aussi faire plein de choses sans investir dans des machines diverses : des confitures, des compotes (à mettre dans des gourdes réutilisables ou des petits pots), des goûters (gâteaux, biscuits, cakes...), des crèmes desserts... Le tout est de s'organiser un peu.  Et en général, les produits de base qui servent à la préparation de ces goûters ont des emballages recyclables (sac en papier pour la farine, boîte en carton pour le sucre...).


  • Privilégier le lavable au jetable
Si vous vous sentez assez motivée, c'est le moment d'arrêter d'acheter des produits jetables comme le sopalin, les couches pour bébés, les mouchoirs, la vaisselle en plastique, les serviettes hygiéniques, les cotons démaquillants...
Les alternatives sont nombreuses. N'oublions pas que nos grands parents n'avaient pas tout cela et s'en portaient très bien. Malgré tout, je trouve que c'est l'un des points les plus difficiles à appliquer pleinement. Difficile d'éliminer complètement le sopalin quand on a des enfants en bas âge, n'est-ce pas ?On peut toujours en diminuer l'utilisation en ayant quelques lavettes microfibres sous la main dans la cuisine. Quant aux couches lavables, c'est un sacré cap à passer...que nous n'avons pas passé ici. Je suis trop à la ramasse côté gestion du linge !

Maintenant, il n'y a plus qu'à !
Le zéro déchet absolu est difficile à atteindre et reste une utopie, mais réduire le contenu de ses poubelles est vraiment à la portée de tous et permet, je trouve, de retrouver une vraie qualité de vie et d'alimentation, en revenant aux choses plus saines et essentielles. Il se pourrait même que vous fassiez quelques économies, au bout du compte !


Commentaires

  1. ici je dirai que l'on n'est pas dans une démarche zéro déchet mais que l'on fait attention (fin surtout moi) et effectivement parfois ce n'est pas facile mais depuis peu et je n'ai pas réussi à savoir pourquoi mais on sort moins la poubelle et je me dis tiens quelque chose s'est passé et c'est génial, il faut continuer!

    RépondreSupprimer
  2. J'essaie de faire attention, mais n'en suis pas encore à ton niveau et je me rends compte de tous les emballages qu'on jette.
    Mais c'est vrai que c'est une réflexion que j'ai et je pense investir dans des choses lavables justement.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, tant que les magasins et les industriels ne font pas d'effort, ce n'est pas facile tous les jours...

      Supprimer
  3. Je ne savais pas que Roubaix encourageait ses habitants dans la démarche zéro déchet. C'est chouette.
    Tu connais "Les amis du bocal"? C'est un groupe de maman qui oeuvrent pour le zéro déchet à Arras :) https://www.facebook.com/lesamisdubocal/?fref=ts

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, super, je ne connaissais pas cette initiative arrageoise !

      Supprimer
  4. Je me suis mise au zéro déchet depuis quelques mois maintenant. Habitant encore chez mes parents ce n'est pas toujours évidant de faire comprendre ma démarche mais je fais ce que je peux à mon échelle. J'ai déjà fais quelques changements dans mes habitudes comme utiliser des cotons démaquillants lavables, des serviettes hygiéniques lavables. J'ai la chance d'avoir une maman couturière alors c'est elle qui me les a fait ^^
    Il y a aussi d'autres petits gestes que vous pourrez retrouver sur mon blog si cela vous intéresse :
    http://unerouquinevousparle.blogspot.fr/2016/02/objectif-zero-dechet.html

    Bonne continuation en tout cas !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire