C'est où le nord ? de Sarah Maeght

Il y avait un petit moment que je ne m'étais pas posée avec un bon bouquin. La course contre le temps quand on est maman de jeunes enfants n'est pas des plus propices à la lecture.

Il y avait un bon petit moment aussi que je n'avais pas acheté un livre, j'entends par là autre qu'un livre de poche pour ma commande trimestrielle France Loisirs... Car je suis plutôt pour les emprunts à la bibliothèque, pour les e-pubs, pour l'échange de bons bouquins entre amis.

Sauf que cette fois, j'ai eu envie de payer plein pot, parce que je me suis dit que c'était ma façon de donner un coup de pouce à une jeune auteure. Et je l'ai payé plein pot chez un libraire indépendant, histoire de faire d'une pierre deux coups. Alors oui, je suis la reine de la contradiction, je vous mets une photo d'Ipad... c'est juste que j'ai prêté le bouquin et que j'ai oublié de le photographier. Bref, là n'était pas vraiment le sujet.

C'est où le nord ?, c'est l'histoire d'Ella, une jeune femme originaire de Dunkerque, prof de français à Paris. Elle a 24 ans, elle croit que tout est enfin bien posé dans sa vie, et puis les choses se cassent un peu la gueule, et elle traverse une période de flou artistique. C'est où le nord ? raconte comment, à 24 ans, on peut encore se chercher, s'accrocher à des repères, en envoyer valser certains.

Évidemment, quand on se renseigne un peu sur son auteure, on se dit qu'il y a une petite part d'autobiographie là dedans - et je crois d'ailleurs que c'est souvent le cas pour un premier roman. Ce bouquin, j'en ai entendu parler par quelqu'un qui connaît Sarah Maeght, et ma curiosité a été piquée. Pour la petite histoire, la jeune femme a été prise sous son aile par Katherine Pancol, rien que ça ! Les deux femmes se sont liées d'amitié et la célèbre auteur a en quelque sorte parrainé la jeune écrivaine en préfaçant son bouquin. J'avoue, c'est la classe américaine.

Maintenant, je dois dire que ce roman m'a laissée le cul entre deux chaises, pour parler de façon prosaïque. En fait, ayant 28 ans, je m'attendais à retrouver des préoccupations familières dans l'histoire d'Ella, qui en a 24. Et en lisant, j'ai plutôt eu l'impression de lire les tribulations d'une jeune fille de 18-20 ans. Je crois que c'est ce qui m'a déstabilisée. Le fait de me sentir vieille. 
L'histoire en elle-même n'est pas transcendante, et j'ai trouvé que la pseudo-intrigue mystérieuse (Ella trouve des santons mutilés dans son casier) était un peu comme un cheveu sur la soupe. Toutefois  j'ai beaucoup aimé les scènes de vie du collège qui sont racontées ponctuellement dans le roman, les perles des élèves qui me semblent être des tranches de vie authentiques. Big up pour le conseil de classe ! Finalement, je me suis laissé happer par la lecture et en deux soirs, j'avais terminé le livre.

S'il y a quelque chose que j'ai vraiment aimé et que je retiendrai, c'est l'écriture, le style de cette jeune auteure. C'est fluide, c'est parfois oral, c'est simple, mais c'est aussi cousu de jolies métaphores, de poésie et de réflexions percutantes. Et je crois que ce doit être ça, le style, en 2016.

Si je devais lui donner une petite note : 3,5/5

Commentaires

  1. tu me donnes envie de le découvrir! Merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu aimeras sûrement les petites anecdotes de collège !

      Supprimer
  2. Je vais essayer de me le procurer ! Je crois qu'entre 25 et 35 ans, selon les choix qu'on fait, on peut avoir des vies totalement différentes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout à fait ça ! Le paramètre "enfants" y est pour beaucoup !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire