Prêt, troc, seconde main : consommer autrement

On dit souvent un peu partout que nous sommes dans une société individualiste, une société du paraître et de l'avoir, et je crois que c'est vrai pour certaines strates sociales élevées. Et puis, à tous les coins de rue, à tous les abribus, sur tous les écrans, nous sommes noyés dans un océan de publicités, qui ne cessent de créer chez les gens de nouveaux besoins, de nouveaux désirs, qui ne peuvent être assouvis qu'en faisant chauffer la carte bleue. Moi même, quand j'ai eu mon premier salaire, je n'avais qu'une envie : dépenser. M'acheter plein de fringues, un appareil photo, une machine à café, un ordinateur... Je ne vais pas dire que je suis guérie, car ce serait mentir, mais je crois qu'aujourd'hui, mes achats sont bien plus raisonnés, bien moins compulsifs. Et surtout, avec mon chéri et les enfants, nous essayons de plus en plus d'être dans une logique de fonctionnalité et non dans une logique de possession.

L'économie de la fonctionnalité, c'est privilégier l'usage à la propriété. Autrement dit, on n'a pas forcément besoin de posséder un objet, on a besoin de pouvoir l'utiliser X fois dans l'année.

Quand on essaie de faire attention aux déchets qu'on produit, inévitablement, on essaye d'acheter moins de choses inutiles. Si on peut emprunter, on le fait, et quand vraiment il est question d'acquérir quelque chose, on essaie d'acheter un objet de seconde main. Je crois que nous sommes vraiment nombreux à réfléchir ainsi aujourd'hui, par souci écologique, mais aussi et surtout pour des raisons économiques évidentes. La vie est chère, et beaucoup de français n'ont pas les moyens d'acheter du neuf.

Concrètement, chez nous :

- une grande majorité de nos meubles sont des meubles d'occasion. Nous les avons rachetés à des proches, nous avons chiné sur Le Bon Coin, chez Emmaüs, dans les brocantes, ou nous avons récupéré des meubles de famille. Nous en avons sauvés quelques uns de la déchetterie, et en achetant d'occasion, nous n'avons pas généré de production industrielle. 
Février slow 

Du neuf et du vieux : week-end shopping & chine
Je sais que notre intérieur ne plaît pas à tout le monde, qu'il peut paraître fait de bric et de broc, qu'il n'est pas à la pointe des tendances déco, mais je m'en fiche, parce que moi, je les aime, mes meubles tous différents, parfois un peu abîmés. Je sais que j'ai des proches qui sont plutôt dans l'optique d'investir dans des meubles ultra-contemporains, assez chers, d'autres qui sont pour le tout-Ikea, et c'est bien leur droit. Seulement voilà, pour moi, ces intérieurs tout neufs, presque aseptisés, sont anonymes. Et pour ma part j'ai beaucoup moins de mal à changer de déco, parce que je sais que certains meubles sont de récup, ou m'ont coûté 3 francs six sous : pas de scrupule à les donner ou à les mettre à nouveau sur le bon coin s'ils ne me plaisent plus, je leur offre une troisième ou quatrième vie.

- Nous jetons peu de vêtements, chaussures, vaisselle, jouets, livres, accessoires de loisirs : la plupart du temps, ce que nous n'utilisons plus est récupéré par quelqu'un ou déposé à Emmaüs. En ce qui concerne l'achat et l'utilisation de nos biens :
  •  Les vêtements des enfants sont en partie de récup, les autres sont achetés en grande surface. J'avoue ne pas réussir à investir dans du made in France, dans du local, pour leur habits car ils les mettent peu de temps et les abîment beaucoup (tâches, trous...)
  • Mes vêtements à moi sont encore trop rarement d'occasion, mais avec le temps, j'essaie d'acheter des pièces plus intemporelles, de meilleure qualité, que j'envisage de garder et porter plusieurs années consécutives. Je crois qu'il y a des basiques à avoir dans son placard : un jean, un pantalon noir, une veste en jean, des t-shirts simples qui s'associent avec tout, une marinière. Mon chéri quant à lui fait rarement du shopping et peut traîner un vêtement jusqu'à l'usure avant de réinvestir : c'est très sage.
  • Pour les livres, les films, la musique, les jeux, nous avons beaucoup recours aux emprunts à la médiathèque, aux prêts des proches. Beaucoup des jouets et des livres des enfants viennent des cousins. Les quelques livres que j'ai gardés dans ma bibliothèque sont ceux qui me sont précieux, soit parce qu'ils m'ont été offerts, soit parce qu'ils m'ont profondément marquée et que je les ai achetés pour les garder. J'ai une liseuse qui me permet de privilégier les e-pubs pour les lectures de vacances ou les classiques qui encombrent. 
  • Cette année, au boulot, j'ai lancé l'installation d'une pièce à troc.  Un petit espace où chacun peut déposer ce qu'il n'utilise plus et prendre ce qui lui plaît. J'y ai moi-même déposé quelques affaires, et y ai dégoté un sac, un panier et des livres. Mes collègues ont complètement adhéré au système et j'avoue que ça m'a fait plaisir de voir que les gens étaient tout à fait ouverts à ces initiatives gratuites et solidaires. J'ai aussi proposé l'échanges de services, et même si j'ai déjà aidé une dame à retricoter une écharpe qui s'effilochait, les gens ont un peu plus de mal avec cet aspect, mais ça viendra, j'y crois.
  • Nous prêtons beaucoup ce qui nous sert peu, et empruntons aussi à nos familles. Je pense notamment aux outils, au matériel de camping, à la glacière électrique, aux duvets, qui tournent régulièrement de maison en maison. Au coffre de toit pour voiture, non utilisé par mes parents en ce moment, que nous utilisons pour nos vacances d'été. Je travaille dans un établissement universitaire, et j'adorerais qu'un service de prêt d'appareils électroménagers et d'objets divers soit mis en place. Par exemple, un site qui référencerait qu'untel a un appareil à raclette et peut le prêter alors que tel autre a un pistolet à colle, un appareil à gaufres, une perceuse, que sais-je encore.  
Voilà quelques unes de nos petites initiatives pour essayer de moins ou mieux acheter. Je sais qu'on a encore d'énormes progrès à faire et qu'on est très loin d'être exemplaires. Notamment, j'ai un gros gros problème avec Noël et les anniversaires, et ce d'autant plus que nous avons une famille nombreuse. Chacun veut offrir quelque chose aux petits et on se retrouve avec une profusions de biens qui me gène.  Petit à petit, j'essaie de donner des idées cadeaux qui ne soient pas matériels, on essaie de privilégier les expériences dans les cadeaux qu'on offre à notre tour (bon pour un resto, billet de concert, etc.). Et puis aux anniversaires, je propose aux gens qui souhaitent "payer" quelque chose de déposer une petite somme sur le livret A des enfants. Au moins, quand ils seront plus grands, quand ils voudront passer le permis ou que sais-je encore, ils auront un petit peu d'économies pour démarrer leur vie d'adulte. C'est toujours mieux qu'un énième jouet, une énième babiole.

Je suis intimement convaincue que la société de consommation est en train de périr à petit feu et qu'une autre façon de vivre et de consommer est en train de voir le jour un peu partout.  Nous sommes dans tous les cas de plus en plus nombreux à y croire. Alors qu'on prédisait la mort des bibliothèques parce que les gens soit disant ne lisent plus, j'ai l'impression qu'elles connaissent un nouvel essor aujourd'hui car d'une part, elles se sont développées et proposent bien plus que des livres (CD, DVD, jeux, jeux vidéo, animations) et d'autre part, cette économie de la fonctionnalité qui explose à ce jour incite à l'emprunt plus qu'à l'achat.

Je ne sais pas si cet article personnel-sociétal-écolo-solidaire a vraiment une structure et si vous m'avez suivie jusque là, mais je serais ravie d'avoir vos avis, vos retours d'expériences sur ce sujet !

Commentaires

  1. Je partage totalement ta vision. Et je pense que de plus en plus de personne tendent à ce mode de vie, et c'est tant mieux! On peut toujours faire mieux, mais une fois cette prise de conscience faite, on ne peut que s'améliorer. Je trouve d'ailleurs ton initiative auprès de tes collègues formidable!

    RépondreSupprimer
  2. Je te rejoins tout à fait sur toutes préoccupations. C'est mon amoureux qui m'a fait remarquer il y a peu de temps qu'à part nos éléments de cuisine il n'y avait plus de choses achetées neuves chez nous. Je crois que ça s'est fait sans même qu'on s'en rende compte, déjà par amour de l'ancien et parce que petit à petit on a cherché à moins consommer à tout prix.
    Pour les vêtements des enfants, j'achète pas mal via des vide dressing sur IG et ça vaut bien le coup. Et pour Mona je trouve pas mal sur les vide greniers aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense jamais à IG pour les vêtements, c'est vrai que c'est une bonne idée !
      Effectivement, ici aussi ça s'est fait progressivement pour les meubles, et je me suis rendue compte de comment on constituait notre intérieur quand j'ai fait la comparaison avec d'autres maisons où tout était neuf.

      Supprimer
  3. Bonjour Eulalie,
    Je lis ton blog avec assiduité. Je suis moi-même dans une démarche de réduction de mes déchets et je pense qu'un site suisse (mais avec une portée internationale) pour t'intéresser.
    Je te souhaite une belle journée
    Stéph

    http://www.pumpipumpe.ch/commande-dautocollants/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou "Anonyme" (n'hésite pas à me laisser ton prénom ou ton blog!) ;)
      Merci pour ta fidélité !
      Je ne connaissais pas ce site et en effet, c'est une chouette mine d'idées ! Merci !

      Supprimer
  4. Je me retrouve totalement dans ton article! ça fait du bien!!

    RépondreSupprimer
  5. Moi aussi je m'y retrouve. J'achète de plus en plus de vêtements sur IG pour les filles, mais aussi pour moi. La semaine dernière, nous avons donné notre poussette canne à des potes parce que nous ne nous en servons plus, et qu'ils n'ont pas beaucoup de moyens. Dans la famille, on se prête aussi pas mal de trucs...J'aime cette idée de communauté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça : la communauté. Ça fait un peu hippie et pourtant ça revient en force. Et c'est tant mieux !

      Supprimer
  6. Belles initiatives :) :) ici aussi on aujourd'hui a tendance à chiner/emprunter/prêter/recycler, mais j'ai encore trop de coups de coeur pour des fringues, de la déco et des jouets venant du commerce... je craque facilement pour une boutique toute mignonne( ah, tu vois, suis atteinte !!), une belle vitrine, etc... mais j'essaie de me soigner ! j'épluche de plus en plus le bon coin pour les jeux des filles, et pour notre intérieur aussi.
    il faudrait qu'on fasse la même chose pour nos bouquins. pour le coup, on déborde de partout à la maison, et ils viennent quasi tous de la Fnac...
    je me dis de plus en plus aussi qu'avec tous les jeunes parents qu'il y a autour de nous, il y a e quoi se faire des après midi troc ! c'est une idée qui fait son chemin... je t'embrasse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, j'ai une belle marge de progression car les craquages arrivent encore de temps en temps... Héhé, pourquoi pas, les après-midis troc, c'est une bonne idée !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire