Objectif zéro déchet : UN AN !

Nous nous sommes lancés dans l'aventure Zéro Déchet en septembre 2015, un peu comme on se fixe des bonnes résolutions de rentrée. Les résolutions chez nous sont faites pour n'être surtout pas tenues. Il faut croire que le ZD était un peu plus que ça. 




L'année qui s'est écoulée depuis la fabrication de nos premiers yaourts (ce fut le premier pas) a été riche en envies, en progrès, en prises de conscience. Quand je regarde dans le rétro, je ne peux m'empêcher de laisser échapper un "Wow" !

Attention, je ne me jette pas de fleurs ! Pour les jeter il faudrait qu'on m'en offre (message humoristico-subliminal, hmhm), mais surtout je pense qu'elles sont bien mieux dans la nature car ainsi elle ne finiront pas à la poubelle au compost !

Bref, trêve de papotages inutiles, l'heure est venue de faire un petit bilan ! Allez, je sais que vous aimez ça !


Les étapes franchies

1) Dans notre caddie

On fait les courses différemment, en limitant le suremballage, en privilégiant le vrac ou les contenants en verre :

- On commande à la Ruche qui dit Oui nombreux de nos produits frais (crèmerie, viande, légumes...), on n'en est pas encore au vrac de ce côté mais malgré le plastique qui demeure par ci par là, ce mode de courses limite tout de même beaucoup le suremballage.
- On privilégie, quand on le peut, le marché et les petits commerces aux supermarchés.
- On achète certaines choses en vrac au supermarché bio (pâtes, riz, fruits secs, etc)

2) Dans notre cuisine

- On fait de plus en plus de choses maison avec des produits de base dont les emballages sont souvent minimalistes et recyclables (papier/carton), et l'avantage c'est qu'on sait ce qu'on mange, et qu'on mange mieux.
On fait donc souvent  : des gâteaux/biscuits pour le goûter (il y a parfois des ratés!), du pain/de la brioche, des yaourts, de la pâte à pizza/pâte brisée...
- On a exclu beaucoup de choses jetables et on privilégie le réutilisable : exit le sopalin (remplacé par des lavettes microfibres), exit les serviettes en papier (on a des bavoirs, des serviettes en tissu), exit le film/papier alimentaire (on met les choses à emporter dans des boîtes type tupperwares ou dans du tissu enduit).
- On a changé notre façon de boire du café. Nous avons viré la Dolce Gusto, qui génèrait une quantité de déchets plastiques considérable (sans parler du prix du café...), au départ pour une Senseo dont les dosettes sont compostables. A vrai dire même la Senseo ne nous sert plus qu'occasionnellement puisque nous avons acheté d'occasion une cafetière italienne en alu. Son filtre est perpétuel, et nous achetons notre café auprès d'un torréfacteur local.


3) Dans notre poubelle


- On respecte strictement le tri sélectif, cela va de soi.
- Depuis quelques mois nous compostons nos déchets organiques. Nous n'avons pas de jardin mais nous mettons de côté ces déchets pour les déposer dans le composteur de nos parents. En moyenne, c'est une poubelle de 20 à 30 litres par semaine qui part au compost au lieu des ordures ménagères classiques. Nous nous renseignons doucement sur les différents types de composteurs d'appartement, sur les composteurs communs, etc. , pour ne plus être dépendants du composteur familial.
- Du côté des déchets recyclables, nous jetons beaucoup moins de plastique et de carton, mais plus de verre, le seul matériau recyclable à l'infini.

4) Dans la salle de bains

- Je me plais à me dire que notre fille est aussi devenue une militante zéro waste puisqu'elle ne porte plus de couches du tout depuis ses deux ans, ce qui a fortement contribué à notre réduction de déchets !
- On utilise beaucoup de cotons lavables
- Cela ne date pas de cette année mais je n'achète plus de protections périodiques jetables puisque j'utilise une coupe menstruelle.
- On utilise des brosses à dents en bois, compostables
- On s'oriente le plus possible vers la slow cosmétique, mais je trouve que c'est assez difficile à tenir, il faudra que j'y revienne dans un article dédié.

5) Côté ménage

- On utilise des produits faits maison quand on le peut, ainsi, notre produit de ménage pour la cuisine et la salle de bains est un mélange de vinaigre blanc, d'eau et d'huile essentielle.
- On détache le linge au savon de Marseille
- On alterne entre une lessive maison à base de savon de Marseille et une lessive écologique du commerce pour les vêtements très tachés.
- On utilise des produits écologiques pour la vaisselle (à la main ou en machine).
- On utilise une brosse à vaisselle en bois à la place des éponges.


6) Dans notre dressing


- On privilégie de plus en plus les achats de seconde main.
- Quand on achète des vêtements en grande surface, on essaie d'être raisonnés et de n'acheter que l'essentiel, et si possible des pièces assez intemporelles qui passent les modes.


Les objectifs pour l'année 2 :

On a conscience d'être encore très très loin des familles exemplaires comme celle de Béa Johnson.

Mais pour continuer d'avancer, on espère cette année :

- mieux acheter, pour tout ce qui concerne le non-alimentaire. On a vraiment envie d'investir dans des articles (vêtements, meubles...) conçus par des marques éco-responsables. Mon premier pas pour cet hiver à venir : il me refallait des boots, je les ai achetées chez El Naturalista.

- mieux gérer notre consommation énergétique. Je suis par exemple une adepte du sèche-linge, et je sais que si j'arrivais déjà à étendre une lessive sur deux au lieu de la mettre directement au sèche-linge, nous ferions de sacrées économies de ce côté. Nous avons aussi enlevé la télévision depuis quelques jours. A la base ce n'est pas pour des questions de dépenses en électricité, mais l'action va aussi nous aider dans ce sens.

- privilégier les expériences aux biens matériels lorsque nous devons faire des cadeaux, et tenter de convertir notre entourage lorsque ce sont nos enfants qui reçoivent des cadeaux... Pas toujours évident.

- Et puis évidemment, poursuivre les efforts déjà engagés au quotidien !

Tout doucement, en petits colibris, nous essayons de faire notre part...
Il reste des choses pour lesquelles nous n'avons pas encore de solution (utilisation trop fréquente de la voiture notamment), mais un jour viendra ;)


De cette première année d'aventure, nous tirons une certaine satisfaction car nous avons instauré de vraies habitudes, se lancer dans le zéro déchet n'était pas une lubie. Nous nous sommes rendu compte que les premiers pas étaient accessibles à tout le monde, que les petits efforts étaient faciles à faire, finalement ! Nous n'arriverons sans doute jamais au zéro déchet absolu, mais on peut tous faire notre petite part, à notre échelle.

Mais surtout, cette démarche a été un petit déclic dans notre vie, une façon de s'affranchir doucement du regard des autres, du poids de la société de consommation. Être moins dans l'apparence... mais un peu plus dans l'existence.

Commentaires

  1. J'aurais pu écrire cet article! La prise de conscience s'est faite un peu plus tard (janvier je crois) et nous y sommes allés par étape (chaque vacances marquant une transition je m'en rends compte en l'écrivant). Mes courses ont complètement changé: je ne suis plus qu'à une petite vingtaine d'euros au supermarché pour la semaine. Le reste: la ruche, mon boucher, le magasin bio du coin. Je n'ai pas encore eu l'occasion de tester Day by day. Depuis notre retour de vacances les filles n'ont pas eu un seul goûter industriel, et j'en suis plutôt fière! Je vois bien que notre poubelle se remplit moins vite, et je suis contente de tous ces efforts, qui ne sont pas pesants, bien au contraire! Par contre effectivement, c'est difficile avec l'entourage... Bon par contre j'avoue j'ai un peu craqué pour la fête d'anniv de Bertille, qui ne sera pas zéro déchet.... mea culpa!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de lire que chez vous aussi ça fonctionne ! Les petits écarts ne sont pas si graves, et puis souvent ils nous font encore plus prendre conscience des choses qui nous dérangent et qu'on veut améliorer !

      Supprimer
  2. Rha moi non plus j'arrive pas à m'affranchir du sèche linge. Il y a eu un peu de relachement chez nous cet été avec un peu de paquets de chips et beaucoup de paquets de glaces. Mais je me rends compte que nous avons vraiment changé notre façon de consommer sur le fond meme s'il y a parfois des ecarts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet été nous avons aussi relâché parfois les efforts (notamment au camping...)
      Mais c'est reculer pour mieux sauter !

      Supprimer
  3. Merci pour cet article très inspirant ! Je commence seulement à me mettre au zéro déchet mais ce n'est pas toujours avec un budget étudiant (certaines références au Day by Day sont très chères !) Ce qui est certain c'est que je privilégie au maximum les commerces de quartier pour le pain et la viande notamment, et je vais au marché tous les dimanches pour les fruits et les légumes. Au moins j'engraisse les petits producteurs plutôt que Carrefour and co :)
    Sinon pour la salle de bains je suis aussi passée à la coupe menstruelle et à la brosse à dents en bambou ! je te conseille aussi les savons solides et les shampoings solides, ainsi que l'oriculi de Lamazuna pour remplacer les coton-tiges :)
    À bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà énorme tout ça dis donc, bravo !

      Supprimer
  4. Bravo !
    Ah le sèche linge, on en parlait ce matin ^^ Vu qu'il est en panne, on va s'en passe finalement très bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme beaucoup de choses, c'est souvent une question de (mauvaises) habitudes... ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire