Seasons

Un an après le lancement de l'aventure zéro déchet chez nous, et une crise de couple (et pas des moindres) plus tard, nous ressentons depuis l'orée de l'automne le besoin de nous recentrer sur le présent et de retrouver le vrai temps des choses.

Notre "transition verte" plus globale va bien évidemment dans ce sens également. Respecter le rythme de la nature, manger des fruits et légumes de saison... Un vrai défi pour moi qui étais faite pour être provençale tant je me régale des légumes du soleil. Les courges, les choux, autant de légumes aux multiples variétés que je me dois d'apprivoiser. (D'ailleurs ce soir pour me réconcilier avec ces mini-citrouilles, je vais les farcir façon tartiflette, ahah... le fromage, c'est la vie.). Les fruits et légumes d'automne sont coriaces. Ils sont difficiles à découper, à cuisiner, je trouve. Mais la confiture de châtaignes que j'ai cuite la semaine dernière, même si elle m'a occupée quelques heures, en garde au fond une saveur particulière. Le goût d'un gros pull qui m'a réchauffée alors que le temps était gris et humide, le goût des 3 cm² de contact entre ma hanche et celle de l'homme alors que nous nous appliquions à éplucher les fameuses châtaignes tous les deux au-dessus d'un même saladier.

Et puis cette année, nous faisons de la résistance face au tumulte commercial lié à Noël. 23 novembre: nous n'avons encore acheté aucun cadeau. Noël en septembre, très peu pour nous. Oui car c'est bien en septembre désormais que les magasins installent les articles de Noël. Je ne m'en remets pas. On parle de Noël pendant un quart de l'année... NOR-MAL !!! Et après on trouve que les enfants sont impatients, y aurait pas un hic ? En fait, c'est comme si l'automne n'existait pas. 

Je vous en parlais ici, cette année, j'ai décidé de me réconcilier avec l'automne. Mea culpa, je l'ai souvent affublée de tous les clichés liés à la grisaille et à la pluie. Pourtant, la nature est bien faite et pare les jardins et les paysages de reflets si chatoyants : les citrouilles, les feuilles égrenées par les arbres, les couchers de soleil flamboyants à dix-sept heures...

J'ai souvent dit que novembre était un mois qui ne servait à rien, si ce n'est à faire mourir les vieilles gens et les malades. Je crois que novembre est aussi une parenthèse qui fait la part belle aux embrassades sur les canapés, aux mains lovées autour d'un chocolat chaud, aux lainages et tricots qui enrobent de douceur, aux bougies qui tamisent les ambiances et apaisent les rancœurs, à la mélancolie bien dosée qui borde le lit de nos souvenirs. 

Novembre, il te reste une semaine, et je n'ai pas fini de danser sur mon parquet pour célébrer mes amours, mes victoires, mes projets enthousiasmants et les conduire en mon cœur jusqu'à l'hiver !

Commentaires

  1. Quel joli texte plein d'amour !
    Aujourd'hui il pleut...Et pour une fois j'aime ça car MaMoyenne s'occupe les mains avec son kit de mosaïque reçu à son anniversaire, pendant que je découpe un patron pour coudre un sweat à MonGrand (mais chut ! Je vais lui faire la surprise ^^)
    Une parenthèse toute douce :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! Que de créativité chez toi :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire