Esprit de Noël, es-tu là ?

Noël cette année aura une saveur particulière. Tout simplement parce que pour une fois, nous avons choisi de nous retrouver juste tous les 4, dans une autre atmosphère, le temps de quelques jours.

A vrai dire, depuis que je suis adulte, Noël est devenu une fête très anxiogène pour moi. Chaque année depuis environ 10 ans, j'avance vers cette fête à reculons, accablée par le poids des convenances et des non-sens.

Déjà, depuis que nous sommes en couple et que nos deux familles font leur repas de fêtes le même jour, il faut forcément trancher. Choisir avec qui on passera Noël chaque année, et donc, chaque année décevoir l'une des deux familles. Pour nous, hors de question de passer Noël séparément chacun dans sa famille, car notre famille, c'est avant tout notre couple (et désormais nos enfants), donc c'est à deux ou rien.

Il y a ensuite des gens avec qui nous n'avons pas trop d'affinités mais avec qui il faut quand même parfois partager la table, et cela ne nous met pas très à l'aise. Les mascarades sociales autour de la dinde, est-ce vraiment ça l'esprit de Noël ?

L'orgie de cadeaux, elle aussi, nous met parfois dans l'embarras, et ce d'autant plus que les enfants grandissent et se retrouvent ensevelis sous des tonnes de jouets made in china ou de bijoux technologiques hors de prix, et qu'ils en perdent en conséquence la saveur des cadeaux (Filez lire cet article sur mon blog à 4 mains si le cœur vous en dit).

Cette année, alors que nous avons traversé une énorme crise au sein de notre cocon, il nous paraissait essentiel d'être un tout petit peu égoïstes et de se préserver, au moins cette année, de toutes ces convenances tellement pesantes, de toutes ces orgies de nourriture et de cadeaux, de tout ce gaspillage d'argent et de temps...
Pourtant, ce n'est pas vraiment chose aisée d'assumer ce choix. Parce qu'on sait que les gens seront déçus et/ou ne comprendront pas qu'on s'isole pour les fêtes. C'est non sans une boule au ventre qu'il a fallu annoncer la nouvelle. Certains n'ont rien dit, d'autres nous ont encouragés et soutenus. Mais au final, après avoir un petit peu culpabilisé (on ne se refait pas), je suis certaine que nous avons fait le bon choix. Nous avons besoin, cette année, de ne pas subir Noël. Nous avons besoin d'être présents les uns aux autres, au sein de notre cocon (or, pendant les repas de famille, c'est souvent peu le cas).

Je me demande parfois ce qu'est l'esprit de Noël. Noël, dit-on souvent, c'est faire plaisir. Mais cela a-t-il vraiment du sens de s'oublier soi-même et de se plier aux habitudes ultra-consuméristes juste pour faire plaisir aux autres ? Ces mêmes autres qui subissent souvent autant que nous les convenances ?

En discutant avec amies et collègues sur le sujet, je me suis rendu compte que nous étions très nombreux à trouver Noël anxiogène. Parfois parce que cette fête cristallise les tensions familiales et finit en règlement de comptes. Parfois parce qu'on veut faire plaisir à tout le monde et qu'on finit par se couper en quatre voire en douze et qu'on ne passe finalement du temps de qualité avec personne, à trop vouloir satisfaire un maximum de proches. Souvent parce que personne ne veut se raisonner et que les enfants finissent par déballer 35 cadeaux, ce qui ne colle absolument pas avec nos valeurs plus simples. Ou encore parce qu'on s'échange des chèques pour l'achat d'un robot de cuisine ou d'un vélo, sans que ça n'ait aucun sens. 

Pour la petite anecdote, j'ai proposé à ma nièce de 13 ans de lui offrir, plutôt qu'un chèque tout bête, un bon pour une virée resto + ciné entre filles. Elle m'a regardée, perplexe : "Pourquoi ? On peut vraiment demander ça à Noël ?". Je lui ai répondu "Pourquoi ne pourrait-on pas ? ça te ferait plaisir ?"
Elle fut en réalité enchantée et il ne nous reste plus qu'à fixer la date.

Cette année, nous passons un peu pour des ovnis avec notre Noël à 4, nos playmobil d'occasion et nos objets cousus mains, avec nos "bons pour du temps partagé", mais qu'importe. Nous avons fait ces dernières années une overdose de ce Noël synonyme de TROP. Après tout, peut-être que notre positionnement permettra à d'autres d'oser être plus en phase avec leurs convictions à l'avenir. Et si ça n'est pas le cas, eh bien en fait, tant pis. On n'a aucune envie de faire marche arrière dans le futur d'ailleurs. 
Je suis persuadée que nous passerons un merveilleux Noël à 4 et que nous profiterons pleinement de cette parenthèse rien qu'à nous et pour nous.
Un petit peu d'égoïsme, juste un petit peu, c'est parfois "juste un petit peu nécessaire" pour se retrouver !

Esprit de Noël, cette année, je voudrais que tu sois des câlins collectifs blottis sur un canapé devant un conte de Noël. Je voudrais que tu sois l'émerveillement de courir sur une plage déserte alors que tout le monde se gave à table. Je voudrais que tu sois le plaisir de jouer en pyjama avec, encore frémissantes de cette ferveur enfantine, les moustaches de chocolat chaud au-dessus des lèvres. 

Esprit de Noël, es-tu là ?

Commentaires

  1. J'aime les noel tous simples. Par contre, ayant peu de famille, je reconnais que parfois, passer le 24 à 2 ou 3 (maintenant qu'on a des enfants, c'est un peu différent) est toujours un peu triste. On envie ceux qui se pressent de se retrouver autour d'une belle et grande tablée.
    Même si c'est bien souvent trop de tout.
    Je comprends complètement votre choix et j'espère que vous en profiterez bien !

    RépondreSupprimer
  2. Alors là je te comprends tout à fait et tu exprimes parfaitement ce que je ressens lors des repas de famille en général (chez nous ce n'est pas que Noël, il y a d'autres occasions). Du coup, comme toi, je prends souvent la tangente, je préfère passer Noël avec mon amoureux et faire des choses que j'aime vraiment faire. Alors je mixe un peu entre mes besoins vitaux et faire plaisir aux autres de temps en temps (surtout à ma grand-mère que j'adore). Je suis sûre que l'esprit de Noël sera au rendez-vous chez vous, mes plus beaux souvenirs c'est quand on le fêtait à 4 étant petite. Bises

    RépondreSupprimer
  3. bonjour, je découvre ton blog par le biais de la une hc que je consulte parce que je viens de faire nuit blanche car je suis enfin tatie cette nuit, après juste 4 ans d'attente! pour te situer un peu ;-)
    j'ai 34 ans et lorsque j'étais touuuute petite (à 2 ans, en fait) mes parents ont justement fait le choix que tu viens de faire, fuir les repas de noel en famille. marre des convenances, des repas obligatoires, des rituels imposés par l'hôte (" on va donner les cadeaux le 24 hein!" alors que tout le monde sait que le père noel passe dans la nuit, quoi!!! )bref je n'ai que des souvenirs de noel à 3 puis 4 puis 5 (j'ai eu deux petits freres) et nos noel sont vraiment le meilleur de mes souvenirs d'enfance, meme d'adolescence (car j'ai 6 et 9 ans d'ecart avec les frangins ca a permis de faire durer la magie trèèèèèès longtemps!!). J'ai parfois envié les copines qui me parlaient de tablées de 25 personnes, mais en fait, j'ai eu des noel révés, où mes parents nous etaient totalement dévoués, on faisait des jeux de société, papa et maman achetaient la vhs du disney qui venait de sortir pour la regarder avant de dormir, et on faisait une jolie table de laquelle on descendait quand on le voulait!!
    pourtant, en grandissant, en devenant adulte, je me suis retrouvée, comme toi, a vivre noel avec anxiété, j'habite loin de chez mes parents, et plusieurs mois à l'avance je commencais a stresser "est ce que je pourrais finir assez tot pour prendre la route a temps pour etre là à temps?!!" la pression que j'ai pu mettre à mon mari, les allers retours en 24h à 6h de route car on bossait le 26...j'ai deux petites filles de 6 et 3 ans et cette année, la grande n'a pas compris pourquoi on "ne verrait personne" à noel.
    Et bien ma puce, cette année, plutot que de courir partout et faire des heures de voitures en 24h, on va aller se promener dans la rue, à la nuit tombée, voir les maisons illuminées. On va rentrer et faire des jeux de société en prenant l'aperitif qui nous fait plaisir!! tu ne le sais pas encore mais j'ai acheté sos ouistiti, un nouveau jeu de 7 familles,(le meme que j'avais petite!!!) et un mémory, pour s'amuser le 24 au soir. on va manger en plateau tv des choses que l'on aime! tu m'as demandé des crepes, je vais faire des crepes! puis viendra l'heure de rêver à ce que le père-noel apportera et c'est sans stress et à l'heure que nous, on veut, (pas comme l'an dernier ou il a fallu vous faire poireauter des heures devant les cadeaux parce que mon frangin prenait son temps à venir)que vous deballerez vos cadeaux le lendemain matin! (trop nombreux certes mais majoritairement choppés sur lebonc*in ;-) ) voilà, je pense qu'ici aussi, en auvergne, il y'aura l' esprit de noel des hauts de france ;-)
    passe un tres tres beau noel!

    RépondreSupprimer
  4. Je n'aime pas les convenances, les obligations. De ce côté là, j'ai toujours été égoïste, le bien être de ma petite famille passe avant le reste, et j'en fait un point d'honneur. Cà provoque bien entendu des crispations, mais je m'y tiens. C'est bien de se retirer et de ne penser qu'à si et à sa petite famille. Bravo !

    RépondreSupprimer
  5. Chouette vision des choses! Cette année j'ai aussi demandé un cadeau "temps passé ensemble", et j'en offrirais un à mon conjoint. Ce sont les cadeaux que je préfère! A mes nièces, je fais de tous petits cadeaux, parce que j'en avais très envie, mais ce sont en partie des cadeaux d'occaz ou fait mains et achetés à un prix éthique. Je sais que mes frères et soeurs ne veulent pas que les enfants aient des montagnes de cadeaux et je les comprends très bien! (Mon frère avait même enlevé une fois quelques cadeaux pour que sa fille ne soit pas submergée). Sinon je trouve sympa d'offrir des cadeaux familiaux (genre un jeu de société pour toute une famille), parce que c'est un objet "rassembleur".

    RépondreSupprimer
  6. Bien résumé !!! Je l'ai fait il y a 2 ans, c'était le seul vrai Noel de ma fille... Du bonheur à l'état pur. Joyeux Noel !!!

    RépondreSupprimer
  7. Ah comme j'aimerais avoir ton courage! tout envoyer balader, ne rester que tous les 4, ne pas me coltiner les repas de famille à rallonge (parce que ma mère trouve pour le 24 qu'on ne profite pas vraiment si on fait ça le soir... du coup c'est repas le midi, enfin, jusque 20h00, et rebelote le lendemain chez mes beaux-parents), ne pas stresser pour la bûche, ne pas être affolée de toute la quantité de nourriture proposée, pouvoir sortir me balader, ou me mettre sous un plaid, ou, ou, ou....mais je sais bien que je n'aurai jamais le cran nécessaire pour dire merde à tout le monde. Alors, comme tous les ans, je vais sourire et faire la conversation! (et manger ce qu'on me sert, sinon c'est mal vu aussi....bref....)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire