Quatre rythmes dans un shaker

Seize août, huit heures douze, monsieur enfile sa veste et empoigne sa serviette : il attaque sa rentrée après un mois de vacances en famille.
Encore deux semaines et deux jours pour moi. Cela me semble proche et loin à la fois. Mais c'est désormais palpable : nous nous mettons en marche vers la reprise et la polyphonie des "tu as passé de bonnes vacances ?".
La réponse sera oui. 
Oui, parce que ces cinq semaines à quatre sont une soupape dans un quotidien réglé comme du papier à musique.
Oui, parce que nous avons pris notre dose de soleil, de visites, de piscine, de nature.
Oui, parce que nous avons pris du temps pour faire avancer des projets qui nous tiennent à cœur. 

Pourtant, comme chaque année, cette période de relâchement estival a commencé par une sacrée cacophonie ! La première semaine en famille est chez nous un cocktail explosif. Deux parents fatigués, deux enfant fatigués ET surexcités, et quatre rythmes différents qu'on secoue dans un shaker ! 
Entre la maman qui a envie d'entreprendre tout ce qui est resté en stand by pendant l'année, le papa qui a envie de larver pour relâcher la pression, le garçon qui réclame tous les jours une sortie à la piscine et douze histoires dès six heures du matin et la fille qui traîne le soir, fait des grasses mat', hurle ses mécontentements et veut tout le temps manger, nous essayons d'accorder les violons, en lâchant parfois un "vivement que je reprenne le boulot".

Et puis chacun reprend sa place en s'ajustant un peu aux autres. Les grands se mettent à hauteur des petits - et il faut bien souvent s'élever plutôt que se baisser - et les petits, même s'ils testent avec vigueur les limites tracées, assaillent les grands de leur envie de partager : du temps, des jeux, des rires, et des morceaux de fromage.
Alors enfin, nous nous laissons bercer au rythme des remous, espérant que septembre ne précipitera pas trop sa venue.

Commentaires