Écosser les petits pois

Chez nous, la plupart du temps, les petits pois qui atterrissent dans nos assiettes viennent de boîtes de conserve.
Nous n'avons pas encore essayé d'en faire pousser dans le potager associatif et en voyons rarement sur les étals des commerce.
Le hasard a fait que ce vendredi, des petits pois frais trônaient dans une cagette du supermarché bio où je faisais les courses. Ni une, ni deux, quatre grosses poignées dans mon panier, et direction la maison.

Écosser les petits pois ? Une madeleine de Proust, un souvenir lointain de vacances d'été chez Mémé, qui cultivait son petit bout de champ et nous réquisitionnait, ma sœur et moi, pour libérer les jolies petites billes vertes de leurs cosses filandreuses. Nous nous appliquions, accoudées à la toile cirée de la table en formica. Vert petit pois, c'est d'ailleurs une couleur très nette dans les nuances de mon esprit. 

Les enfants ont écossé pour la première fois des petits pois avec moi. Ça paraît presque idiot de garder une trace de ce non-événement. Mais à mes yeux, c'est une petite pépite de vie que je veux couver, précieuse. 

Il y a plusieurs techniques. Casser la cosse en deux, presser le bout de l'enveloppe verte pour en faire tomber les pois. Ou bien l'ouvrir délicatement dans le sens de la longueur, en suivant les fils, et dévoiler la rangée disciplinée de boules verts endormies. Les doigts encore un peu gourds des enfants qui éventrent difficilement la cosse. La jubilation du petit pois qui saute et traverse le salon. Et les papotages qui ponctuent ces gestes mécaniques, comme on raconte sa journée en équeutant des haricots ou en dénoyautant des cerises.


Écosser les petits pois, plaisir minuscule.
Écosser les petits pois, comme Philippe Delerm le raconte si bien.

Philippe Delerm, La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules.




Commentaires

  1. Depuis cette année mon fils écosse les petits pois avec moi. Ici en Italie on trouve encore beaucoup de choix sur les étals, c'est une chance. La première fois qu'on l'a fait ensemble est encore très presente dans mon esprit. Tous les deux autour de la table, le saladier au milieu. Je n'ai pas de toile cirée mais il m'a presque semblé en sentir le parfum, lorsqu'on l'a nettoyée et qu'elle est encore humide. Merci d'avoir partagé ce moment, c'est une pépite, vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre petit mot ici Aurélie :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire