Mal'O


Échappée vers la côte, élan de joie, sable qui s'insinue, vent qui fouette les joues.
L'ouvrage déposé en offrande sur la digue qui en inspira le prologue.
Contemplation saline. Gratitude immense.
La mer est un refuge comme elle est une ressource, absorbant nos agitations, les érodant à coup de vagues, offrant sa quiétude aux méandres de nos âmes.
Malo, réponse au "mal au". Au dos, aux cheveux, aux souvenirs.


Malo si belle en camaïeu de beiges, en étendue de flots.

Commentaires