Le synopsis multicolore : comment je construis mon roman

Vous connaissiez Secrets d'Histoire, façon Stéphane Bern : voici Secrets d'écriture, façon Sophie. 

Je meurs d'envie de vous parler des péripéties éditoriales de L'Aubépine, mon premier roman, qui se trouve en ce moment-même entre les mains d'un éditeur. Mais c'est encore trop tôt pour vous en dire plus, alors à défaut de vous parler de ce premier texte, je me suis dit que ça vous intéresserait peut-être de savoir comment je m'y prends pour rédiger le second !

Les idées de base de ce second roman sont arrivées dans mon esprit juste avant que je ne mette le point final au premier. Très vite, gardant le pied à l'étrier, j'ai rédigé des morceaux de chapitres, des balbutiements d'histoire. 

Il semblerait qu'une fois de plus, je m'oriente vers un roman où plusieurs histoires vont s'entrecroiser, un roman choral, ou quelque chose qui y ressemble. J'aime embarquer avec plusieurs personnages, c'est ainsi. 
Étant très peu organisée - pour ne pas dire bordélique -, j'ai vraiment galéré, avec L'Aubépine, à organiser mes chapitres. Je notais des choses sur des bouts de papier, ça finissait en gros bazar avec des flèches, des ratures... Sur le "roman 2" (on va l'appeler comme ça), je suis retombée dans mes travers, griffonnant des morceaux de synopsis à droite à gauche, perdant mes papiers, tentant de me souvenir, bloquant complètement... Bref, la cata !
Au bout d'un moment, je me suis dit que ce serait bien d'utiliser un cahier dédié à ce projet - on est d'accord, fallait pas un bac +12 pour y penser mais bon...-  sauf que le problème d'un cahier, c'est qu'on en fait un usage linéaire. Les bouts de papiers ont au moins l'avantage de pouvoir se découper, se croiser, s'interchanger...

Après avoir vu une publication instagram de l'auteur Laure Manel, j'ai eu une illumination. Je la remercie d'ailleurs chaleureusement ! Il me fallait des bouts de papier ET un cahier, des bouts de papier DANS un cahier. Et c'est ainsi qu'est né mon synopsis multicolore. 

(Ne vous fatiguez pas les yeux, c'est flouté !)
Je stocke donc dans une enveloppe des morceaux de papier de couleur qui correspondent à chacun de mes personnages. En quelques mots j'y note les chapitres de mon histoire, qui se dessinent déjà dans ma tête. Enfin je peux les ordonner au début de mon cahier, de façon provisoire grâce à du masking tape ou de la patafix, les interchanger, les déplacer... 
Avec des petits post-its, je les numérote. Là encore c'est interchangeable, non fixé ad vitam eternam
Pour la petite histoire, j'ai tellement "cafouillé" avec mes numéros de chapitre dans mon premier roman que j'ai fini par les enlever ! C'est dire...


Je pense que cette petite technique simple comme bonjour va me faciliter la tâche !
Sur ce, je vous laisse, j'ai un roman à écrire, ah ah... !

Commentaires

  1. C'est pas une mauvaise méthode! J'avoue que je griffonne souvent deux, trois mots dans des carnets mais j'ai dû mal à organiser quelque chose. Merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire