Et vous rencontrer, pour la dixième fois

Mercredi, je participerai (déjà) à ma dixième séance de dédicaces.

Pour ceux qui passeraient par là, elle se tiendra à la maison de la presse de La Bassée (59), de 9h à 12h30 (l'agenda complet quant à lui est ici).

Fin janvier, j'avais posé quelques mots sur ce blog à propos de la toute première signature. Un moment intense que j'avais pu vivre entourée de gens précieux. Je suis sortie de cette journée gonflée à bloc, fière d'être parvenue à publier un livre, mais aussi pleine de questions. 

Est-ce que les gens vont assez curieux pour venir m'aborder dans les librairies des autres villes ? Est-ce que je vais réussir à vendre quelques exemplaires à chaque date ? Est-ce que je vais savoir parler de mon livre ? Est-ce que je saurai répondre aux questions ? Est-ce que je trouverai des idées pour les petits mots à écrire aux lecteurs  ?

Quatre mois sont passés, c'est à la fois si peu, et beaucoup. J'aime laisser ici des petites bribes que je pourrai relire plus tard, des cailloux de mémoire.

J'ai déjà parcouru quelques centaines de kilomètres à travers le Nord-Pas-de-Calais pour présenter mon livre, et tout s'est extrêmement bien déroulé.
Je suis accueillie par des vendeurs investis, par des libraires adorables.
Même si l'on ne fait pas la queue devant ma table pour décrocher une dédicace, soyons lucides, ces journées ne ma paraissent pas longues. Je me découvre une patience nouvelle.



Vous rencontrer est une très belle aventure. C'est pourquoi j'ai toujours le sourire quand je vous attends avec mes livres. 

Bien sûr, il y a parfois des personnages un peu étranges qui m'accostent. On me prend ponctuellement pour une vendeuse du magasin. Et c'est assez rigolo, au fond.
Mais surtout, il y a vous. Vous, les souriants, vous, les curieux, vous, les supporters, vous, les amis, vous, les inconnus bienveillants, vous, les philosophes, vous, les optimistes, vous, les perdus, vous, les rêveurs... 
Évidemment, je me souviens de vous.
Je me souviens de nombreux visages. De bon nombre de prénoms aussi. 
Stecy. Anne-Sophie. Emilie. François. Occo. Sylvie. Yvette. Laurence. Patrick. Agnès. Delphine. Noémie. Caroline. Eric. Arlette. Dorothée. Sylvain. Annie. Christelle. Charlotte. Joëlle. Justine. Sabine. Ginette. Hélène. Aurélie. Joël. Marc. Véronique. Céline. Pauline. Ludivine. Cindy. Dominique. Brigitte. Marie-Paule. Thibault. Stéphane. Françoise. Sandrine. Fanny. Bénédicte. 
Et tous les autres.

Des fils invisibles nous relient le temps des quelques minutes que l'on partage et ils conduisent l'énergie, l'émotion, la magie de ces rencontres furtives mais bienfaisantes.

Quand je vous attends avec mon livre, je n'ai pas peur. Mon corps et ma tête sont en accord, apaisés, alignés, parce que je suis en train de défendre le produit de ce que je fais le mieux.

Raconter des histoires. Utiliser les mots comme des vecteurs d'émotions, d'imagination, de réalités.

Il va de soi que ce roman n'est pas une fin, mais bien un début.
Je poursuis mon exploration créative.
J'ai plusieurs textes sur le feu. Un qui voyage déjà. Un que je termine doucement. Trois autres que je nourris à tour de rôle selon la nécessité de mes humeurs, de mes envies et de mes inspirations.

Quand on comprend qu'on n'est pas là pour juger ce qu'on fait, mais bel et bien pour FAIRE, tout simplement, les choses avancent, prennent forme, et même si elles ne mènent pas toujours là où l'on voudrait, elles sont dans tous les cas très riches d'apprentissage.


Commentaires

Enregistrer un commentaire