Exercer le regard

Qui se trouve beau ? Qui se sent parfaitement en harmonie avec son corps ?

Si on posait la question aux Français, je serais curieuse du résultat. Si on posait la question aux Françaises, je ne suis pas certaine que la majorité d'entre elles seraient en accord avec leur reflet dans le miroir.

Et s'il n'était au fond question que d'exercer notre regard ?

Pour avoir longtemps fonctionné via ce mode de comparaison, je suis convaincue que la diffusion massive d'images de corps minces, lisses, standardisés, contribue à notre propre dévalorisation. Je n'invente rien, depuis des années on pointe du doigt les retouches qui offrent à nos regards des mannequins photoshoppées, zéro défaut, partout sur les affichages urbains, dans les magazines...

Ces dernières années, nous avons nous-mêmes la possibilité de nous auto-lifter du bout du pouce grâce aux nombreux filtres photo que proposent des applications comme snapchat, messenger ou instagram. Formidable, on efface nos cernes, nos boutons, on ajuste la luminosité, à nous la photo parfaite !

Et puis vient le matin, le moment fatidique où le miroir nous renvoie notre reflet sans trucage.
A force de filtres, ne risque-t-on pas de ne plus supporter notre image au naturel ? Notre regard s'habitue si vite...

Au milieu de ces lissages, ces gommages à outrance qui effacent jusqu'à notre spécificité, notre identité, émergent des artistes qui mettent en valeur les corps, les vrais corps.
Les corps jeunes, vieux, lisses, fripés, plissés, les cicatrices, les rides, les handicaps, les sourires, les boutons... Les corps dans leur diversité, dans leur unicité. Un spectre très large de possibilités, de réalités, sans jugement de valeur.

Mon regard, lui aussi, change.

D'abord, mon regard sur les autres. Parce que ce qu'on dit des autres révèle toujours les failles qu'on porte en nous-mêmes.
M'exercer à voir la beauté dans un sourire, un regard, quelles que soient les mensurations de la personne. Et la percevoir si simplement, cette lumière.
J'ai commencé par m'abonner à quelques comptes de photographes, d'artistes. J'ai lu les publications liées aux mouvements "no make-up". J'ai posé des yeux bienveillants sur les personnes que j'ai rencontrées.
Je vous invite par exemple à aller jeter un œil aux photographies de Sophie Mayanne,  de Jade Beall...  Des clichés superbes qui mettent en valeur des corps rugueux, vivants, divers.

https://www.instagram.com/sophiemayanne/


Il paraît que dans notre cerveau, les liens entre les neurones qu'on actionne souvent se renforcent. Un comportement souvent répété et induisant une émotion positive a de fortes chances d'être reproduit.

Alors, je crois qu'on pourrait presque en faire une matière scolaire, de cet exercice du regard.
Éducation à la beauté.
On y exercerait les plus jeunes. Pour leur apprendre à voir dans la courbe d'un dos, dans le coin d'un sourire, dans la danse des cils qui ourlent les regards, dans les plis de nos peaux, tout ce qui nous rend vivants, rayonnants, libres. La beauté ne se mesurerait ni en centimètres, ni en kilogrammes. La beauté résiderait dans l'émotion.

Que se passe-t-il quand on s'y applique ?
Dès lors, le rapport à notre propre corps évolue. C'est ce qui m'arrive, du moins.
Diminuer drastiquement le maquillage, pouvoir me frotter les yeux, pleurer, rire, cesser de retenir mes gestes par peur que mon mascara ne coule. Focaliser sur l'éclat du sourire plutôt que sur ce qui aurait pu être pointé comme un défaut.
Choisir les vêtements qui me rendent plus libre, qui me permettent de me respecter, parce que mon corps n'est pas juste une enveloppe, je suis mon corps.
Me sourire.
Collecter des selfies où j'apparais au réveil, sans artifice.
Accepter.
Célébrer ces muscles, ces chairs, cette matérialité qui me porte chaque jour et qui collectionne comme des trophées les marques de vie, les premières rides d'avoir bien ri, les cicatrices qui me rappellent naissances et guérisons, l'acné d'avoir un peu forcé sur le chocolat et la raclette aussi !

Qu'en pensez-vous ?

Commentaires

  1. Très bel article.
    Oui nous sommes dans une société où nous gommons tout ce qui fait nos corps, notre identité en quelque sorte.
    J'aime regarder les gens et moi aussi j'ai appris au fil du temps à voir le beau. Il est un peu partout, dans un regard, un sourire, une main tendue, un cou, un poignet, une démarche, un coup de pied.
    Moi qui me maquillais beaucoup pour "cacher la misère" comme on dit chez nous, j'ai opté depuis quelques années pour un maquillage minimaliste. Et pas de maquillage le weekend ou en vacances!

    J'aime les photographes qui montrent les corps tels qu'ils sont. Tu as raison ça exerce notre regard, ça nous permet de dépasser les clichés et d'embrasser la vérité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton petit mot par ici. Cultivons la différence, la diversité, car ce sont de vraies richesses !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire