L'Aubépine / Chronique

Quand on sort un roman, on guette les retours de lecture avec impatience. Puis les mois passent et l'effervescence retombe doucement, les retours se font un peu plus rares, surtout quand on n'a pas le lectorat des célébrités.

Ce week-end, j'ai eu le plaisir et la surprise de découvrir une nouvelle chronique au sujet de mon roman L'Aubépine, paru en janvier dernier chez LBS Sélection.



Elle a été publiée par Joël, sur son compte instagram (@surmatabledechevet).

**********************

De jeunes adultes, femmes et hommes, se retrouvent à une période charnière de leur vie. Continuer celle qu’ils ont commencé à tisser ou tout bousculer... Comment concilier réalisation de soi et respect de l’autre ? Comment trouver sa place en tant que personne, dans un monde en pleine mutation ?

Ce #roman dresse une cartographie des #relations humaines, qui se font et se défont, s’effilochent ou se consolident, au fil du temps et des événements.
On est loin des #personnages à la vie lisse, aux valeurs parfaites. Mais ce #livre apprend l’#empathie. Se placer à la place des gens pour comprendre leur histoire, leurs actes. Sans jugement.
Chaque chapitre se concentre sur une personne, un couple... sans lien, en apparence. Et le roman jongle sans ordre particulier entre chacun. C’est même un peu déstabilisant, parce qu’ils ne sont pas introduits. Comme une #ombre. Une ombre, sans doute voulue, pour semer le trouble et laisser la place au doute, à la construction et la mise en place d’un récit parfaitement ficelé. Car se tisse tout doucement une #toile de relations entre chaque personnage.
Il y a du Woody Allen dans ce roman. Un peu de #hasard de la vie et de l’importance des #choix. La question de notre capacité à vivre le #bonheur dans ce monde. Et une légère teinte de #mélancolie et de #dramaturgie. Du #WoodyAllen je te dis !
D’ailleurs, contrairement à beaucoup de livres, celui-ci ferait un #film parfait !
A découvrir si tu veux une lecture qui sort de l’ordinaire.

#Books #BookAddict #BookLover #Bookstagram #Instalivre #Partage #LectureDuMoment #Aubepine #SophieSelliez #DeMerveilleuxDanslOrdinaire #SurMaTableDeChevet

*********************

Si cette chronique me touche particulièrement, c'est parce qu'elle pointe du doigt des intentions que j'ai glissées dans l'écriture sans forcément les formuler clairement. Je suis tellement heureuse qu'elles aient pu transparaître !

Joël a vu juste, susciter l'empathie et prendre des points de vue différents sur une même histoire a été une clé primordiale de mon écriture : je ne voulais pas que ce roman mette en scène "des gentils et des méchants", je vois la vie comme un paysage que chacun contemple de sa petite colline. Le point de vue n'est pas le même si on monte sur la colline du voisin. Il n'est plus le même non plus quand on y revient un peu plus tard. Et les nuances n'en sont que plus belles.

Enfin, que ce livre donne le sentiment de pouvoir devenir un beau film m'enchante. Je n'ai pas une très grande culture cinématographique mais j'ai l'imaginaire nourri de films qui abordent les relations humaines, amoureuses.

Quand j'ai écrit L'Aubépine, il y avait dans ma tête un film qui se déroulait. Un film qui aurait pu reprendre un peu de Cédric Klapisch que j'aime tant (L'auberge espagnole & suites, entre autres), un peu de Woody Allen (Match Point) ou de Sofia Coppola (Lost in Translation, Virgin Suicides...).
Merci infiniment Joël !

Quant à vous qui passez par ici, je vous souhaite un beau dimanche et dès à présent de belles fêtes de fin d'année !

Commentaires

  1. Ce sont des retours comme celui là qui poussent aussi en avant et donnent envie de créer encore et encore!
    Il me tarde de découvrir ton livre, dans ma PAL.
    Belle journée Sophie.
    Et douces fêtes de fin d'année à toi et aux tiens.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire