La disparition des caleçons : un roman jeunesse sur le harcèlement scolaire

La lecture que je partage avec vous aujourd'hui est un roman pour la jeunesse, fraîchement sorti aux Éditions Amanite.

Une classe de CM1, des garçons qui terrorisent les autres dans le dos de la maîtresse, parce qu'ils portent encore des slips de bébés... Le climat est tendu, dans la classe d'Harry !
La disparition soudaine des caleçons des petits caïds dans les vestiaires de la piscine n'arrange rien ! Le méfait est signé "Capitaine H", il n'en faut pas beaucoup plus pour que le Gang Infernal fasse porter le chapeau à Harry ! C'est le doigt dans l'engrenage...

Avec La disparition des caleçons, Anabelle Read signe un roman jeunesse qui traite d'un sujet qui a concerné et concerne malheureusement encore des générations d'écoliers : le harcèlement scolaire.



Aujourd'hui, beaucoup d'enfants peinent à identifier cette forme de maltraitance : la frontière entre la moquerie isolée et les humiliations et violences répétées n'est pourtant pas si mince. Les victimes n'osent pas toujours en parler, par peur des représailles. Certains enfants ignorent aussi que le harcèlement scolaire est désormais puni par la loi !

Comment aborder ce thème, comment intéresser et sensibiliser les enfants sans servir une leçon de morale barbante ? Visiblement, l'auteure a trouvé la bonne recette : des chapitres rythmés qui cultivent le suspense à tous les coups, une bande d'amis soudés et vraiment attachants, de l'entraide qui donne de l'espoir et une histoire résolument contemporaine  ! 

L'ouvrage frôle les 200 pages et il est très bien écrit. Il me semble adapté pour des enfants de 10 ans et plus. Néanmoins, je l'ai lu à mes monstres gentils qui sont un peu plus jeunes, et ils ont adoré ! Le texte leur était tout à fait accessible, c'est juste la longueur de l'ouvrage et l'absence d'illustrations à l'intérieur qui aurait nécessité un petit peu de courage pour aller jusqu'au bout en lecture autonome. 

En tant que maman, j'aime que les romans jeunesse soient "bien écrits", j'entends par là qu'un roman pour les enfants ne doit pas, à mon sens, livrer un langage au rabais, mais peut garder une certaine "résistance" du côté des tournures et du vocabulaire. C'est ainsi que l'on progresse et que l'on apprend, non ? En cela, La disparition des caleçons correspond pleinement à mes attentes. Le sujet du livre a par ailleurs enclenché chez nous des discussions pertinentes sur les moqueries diverses qui peuvent avoir lieu à l'école. A l'école ou ailleurs... Car en tant qu'adultes, il n'est pas inutile de questionner nos comportements et nos jugements, que ce soit dans la rue ou au travail, par exemple. 

Ce roman est un bel outil pour des enseignants ou des parents désireux d'aborder le sujet ! On a vraiment besoin de livres qui font bouger les lignes, de ce côté !
Et quand un livre est aussi adoré par les enfants... il a toutes les chances de remporter un joli succès ! 


La disparition des caleçons, Anabelle Read, Éditions Amanite, 2020


Commentaires

  1. Merci pour ce beau partage Sophie.
    Oui de belles lectures pour faire naitre une discussion.
    Pour avoir souffert du harcèlement à l'école, je suis très vigilante avec mon fils - dans les deux sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie, je suis désolée que tu aies subi cela dans ton enfance... Notre rôle est d'être vigilants dans les deux sens, tu as entièrement raison

      Supprimer

Enregistrer un commentaire