Les galets percés


Un coucher de soleil sur l'horizon laissant deviner des côtes anglaises. Le chuchotement des vagues contre les brise-lames. Des trésors de chair et d'os hauts comme trois pommes sautillant sur le sable. Des âmes nues en pleine contemplation.

C'est à ce moment-là que tout a commencé.

Une plage. Un cœur en petits morceaux. Des galets percés, avec un trou, juste là, comme celui qu'on peut avoir dans la poitrine.

On pouvait donc être un galet dur comme un roc, résister depuis des lustres au ressac, faire le dos rond face à l'érosion, et se laisser transpercer quand même.

Ils ne sautent pas aux yeux, on ne sait pas toujours qu’ils existent, on les croit rares, les cailloux à trous. Mais quand on prend le temps de se baisser, quand on déplace ceux qui se pavanent parce qu'ils sont persuadés d'être plus grands, plus beaux, plus costauds, alors on a une chance d'en trouver quelques uns.

Il y aurait deux explications à ces cailloux particuliers. 

Certains seraient dus à des animaux marins qui s'y seraient logés en creusant une cavité. La plupart, toutefois, seraient percés à cause de la perte d'un morceau de minéral, d'une géode (cavité tapissée de minéraux) et l'érosion a juste terminé le travail, d'une certaine manière.

La quête du galet percé est devenue mon rituel des balades en bord de mer. Je ne les collectionne pas, ne les amasse pas. J'essaie juste d'en trouver un de temps en temps pour garder quelque chose de cette journée-là... D'un moment fugace, de ce vent, ces embruns, de cette main dans la mienne. 

Et pour me rappeler ce beau symbole.

 

Accepter de laisser partir un bout de soi.

Lâcher prise, même si c'est douloureux, même si la perte est énorme.

Se montrer vulnérable, même quand on est un roc. 

Oser être différent des masses et accepter sa particularité.

Savoir que cette érosion-là sera peut-être le début d'autre chose. 

Parce que cette béance est un espace d'accueil : un galet percé peut être choisi pour lester un filet de pêche, pour devenir médaillon... Sa différence est ce qui permet d'y passer un lien, de le transformer, de lui donner une fonction. Cet orifice, cette blessure, permet aussi de regarder au travers, de laisser passer la lumière et de focaliser le regard sur un morceau choisi du paysage.

Les galets ronds et lisses sont ce que chacun veut bien montrer au monde.

Les galets percés, eux, se trouvent derrière les portes fermées, sous les épaisses couches de vernis, dans les murmures sur l'oreiller et les regards tournés vers le cœur de la nuit.

Commentaires